Le diagnostic

Il est très rare de poser le diagnostic d'hypertension pulmonaire à l'occasion d'un examen de routine. Tout comme les symptômes, l'examen physique est difficile à interpréter. Il n'est pas rare de ne pas remarquer les signes cliniques tels qu'un mouvement de soulèvement au-dessus du sternum ou un deuxième bruit du cœur sonore. Le gonflement des jambes (œdèmes) et une augmentation du volume de l'abdomen suite à une accumulation d'eau (ascite) peuvent être mal interprétés.

Le problème le plus important est que la fonction pulmonaire est généralement normale et que la radiographie de la poitrine (thorax), ainsi que la courbe électrique du cœur (ECG) ne présentent souvent que des modifications peu marquées et pas toujours faciles à interpréter.

En raison des symptômes qui ne sont pas toujours évidents et souvent difficiles à interpréter, et surtout de la relative rareté du tableau clinique, il n'est pas rare que les médecins traitants se trouvent face à une énigme.

Ce qui prime malgré tout lors de la consultation, c'est l'enregistrement des antécédents médicaux et l'examen physique. Si le médecin connaît le tableau clinique de l'hypertension pulmonaire, il peut déjà poser un diagnostic de présomption. Si l'origine des troubles reste peu précise, des examens complémentaires permettent bien souvent d'éclaircir les choses. Mais au cas où ces examens complémentaires ne permettraient pas non plus d'établir un diagnostic, alors il serait indispensable d'envoyer le patient chez un médecin spécialisé en cardiologie ou en pneumologie.

Les examens complémentaires sont présentés dans ce qui suit. L'échocardiographie est indubitablement la méthode la plus importante.